Point de vue

228 article(s)
 
            

19/08/2014 - L’entêtement tue !!!

19/08/2014 - L’entêtement tue !!!



Avec un peu de temps, les Français oublieront les échecs du gouvernement : la courbe du chômage ne s’inverse pas, la croissance est plus faible que prévu et le déficit se creuse. Pourtant, il y avait des promesses et les Français ont voté. Et si la grande évincée du quinquennat avait raison lorsqu’elle disait que selon sa grand-mère: « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ».

Avec un peu de temps, on ne changera… rien. La France reste figée dans un monde en mouvement. Pour Manuel Valls, il est « hors de question de changer de politique ». Il est irresponsable de persister dans ce cap. François Hollande est un président normal et il voit la réalité… floue. Pourtant il y a quelques secousses au Parti Socialiste. Selon Christophe Caresche: « Il va falloir bouger». Et parfois des ouragans, comme le relate le figaro.fr le 17/08/2014 où un ami du chef de l’État aurait dit: « Il faut casser la baraque». Réjouissant.

Avec un peu de temps, François Hollande se rendra compte qu’être optimiste, jovial et drôle, c’est bien. Être président, c’est mieux. Mais le conte de fée est terminé. Le quinquennat, c’est maintenant.

Et je ne veux pas finir cet édito sans faire aussi notre autocritique. Droites, réveillez-vous: les propositions, c’est maintenant !
Lire la suite



18/08/2014 - Rassemblement de soutien aux Chrétiens d'Orient et autres minorités victimes d'exactions

18/08/2014 - Rassemblement de soutien aux Chrétiens d'Orient et autres minorités victimes d'exactions



Tandis que le nombre de victimes s’accroît chaque jour davantage et atteint des proportions dramatiques, il est impossible de demeurer indifférent face à la catastrophe qui frappe actuellement les Chrétiens d'Orient et les autres minorités.

Dans ce conflit, les populations civiles sont les premières victimes.

À l’appel du député de l'Hérault Elie Aboud, une manifestation pour l’arrêt immédiat des persécutions à l'encontre de cette communauté religieuse se tiendra le mercredi 27 août à 18h au départ de la place de la Madeleine à Béziers.

Le parlementaire biterrois souhaite témoigner de sa solidarité avec les peuples opprimés en Irak et appelle le gouvernement français à agir avec force et rapidité pour le respect du droit international, pour la sécurité des civils présents dans la zone de conflit, pour le respect de la liberté de culte et des droits de l'Homme.

Étant donnée la gravité de la situation, nous ne pouvons pas rester indifférents. Le député Elie Aboud appelle tous les citoyens du Grand Biterrois, tous les sympathisants à cette cause, les membres des différentes communautés religieuses, à manifester pacifiquement autour des valeurs humanistes qui nous rassemblent afin de faire cesser ce génocide.

Vous pouvez vous inscrire à cette marche via Facebook en cliquant sur le lien ci-dessous :

Lire la suite



12/08/2014 - Hypocrisie ou schizophrénie politiques?

12/08/2014 - Hypocrisie ou schizophrénie politiques?



Il est de mon devoir de réagir face aux massacres qui se déroulent sous nos yeux. La France déroule le tapis rouge à des pays du Moyen-Orient et accepte de l'argent. Pourtant ces pays financent aussi l'épuration, le génocide et une inacceptable barbarie face aux chrétiens d'Irak. En même temps, le gouvernement Valls souhaite soutenir les chrétiens victimes des terroristes. Quand cesserons-nous de fermer les yeux devant cette situation paradoxale?

Le problème est la mobilisation sélective du gouvernement qui reste muet sur ce sujet. Pourtant les français ont connu une majorité plus réactive notamment lors du Mariage pour tous, pourquoi un silence si assourdissant aujourd'hui? Le Figaro.fr le 1 août 2014 publia que 53 pour cent des français se sentent "personnellement touchés" par le sort des chrétiens d'Irak. Même si les députés exhortent le Premier ministre à agir, toujours rien. C'est tout d'abord un problème civilisationnel avec un risque de voir la disparition de nos racines chrétiennes, nous ne devons pas nier nos liens. Au lieu de protéger et sécuriser la situation de ceux qui sont installés depuis des générations, on les aide seulement à fuir. Quelques chrétiens ont cette chance et encore pour ceux qui réussissent, ils subissent une vulgaire surmédiatisation. Nous devrions avoir honte de les aider timidement à fuir.

Dans la torpeur estivale, aucune déclaration n'a fait autorité, comme si le gouvernement avait lâchement abandonné le sujet. La communication du gouvernement est déplorable car personne n'a pris le problème en profondeur avec un vrai message c'est-à-dire un diagnostic de la situation et la formulation d'une stratégie. Même si le PS et la majorité essayent à présent d'être le flambeau d'un sauvetage in extremis, le mal est fait. L'aide du gouvernement n'est pas adaptée aux situations de génocide et de déracinement. Des boucs-émissaires sont ciblés et le but est de les abattre. On connaît les protagonistes de ces massacres, les moyens d'intimidations, les plans... et pourtant nous accueillons les auteurs à bras ouverts comme des amis.

On ne peut que déplorer le fait que pour exister aux yeux du gouvernement, les victimes doivent avoir des soutiens, une visibilité, des lobbyings. S'ils ont connaissance d'un crime, ils doivent le dénoncer. Ces crimes sont visibles.

Voilà pourquoi il y a une réaction aussi faible face à une violence aussi forte.

Lire la suite



01/08/2014 - Jean Jaurès, oui cela peut surprendre…

01/08/2014 - Jean Jaurès, oui cela peut surprendre…



Oui, mon édito peut en surprendre plus d’un mais je l’assume pleinement.

Dans la vie publique d’une nation, il y a des hommes et des femmes qui marquent l’histoire avec leur courage, leur détermination, leur opiniâtreté et surtout, leur amour de la patrie.

Á présent, on remarque très souvent que la classe politique – de Droite comme de Gauche – s’approprie des De Gaulle, des Simone Veil, des Jean Jaurès afin de se donner bonne conscience et de combler leur esprit tellement inconsistant.

Oui, je refuse que Jean Jaurès, icône de notre nation, de notre France, soit la propriété intellectuelle de tel ou tel parti politique.

Si dans le triptyque Liberté Égalité Fraternité, la Gauche française a mis le curseur sur l’Égalité et la Droite sur la liberté, la Fraternité n’est et ne sera la propriété de personne.

Avec ce centenaire de l’assassinat de Jaurès, c’est toute la nation qui nous rappelle aux valeurs qu’il a véhiculées et certainement pas tel ou tel éléphanteau de parti socialiste. Ce sont ces mêmes valeurs que nous devons tous défendre avec vigueur et à chaque instant, qu’importe d’où l’on vient ou notre statut social.

Vive Jaurès, vive les valeurs de notre pays, vive la République, vive la France.

Lire la suite



31/07/2014 - Droite, réveille-toi!

31/07/2014 - Droite, réveille-toi!



Il me coûte, cela me donne une crise d’ulcère et dérange ma fidélité… mais j’ai envie, sinon le besoin, de laisser mon humeur s’exprimer avec sincérité et franchise.


Notre pays s’enfonce dans une réelle crise identitaire.

Notre économie se dégrade comme le montre l’augmentation exponentielle de chômeurs.

Notre diplomatie est à la recherche d’un leader, une représentant qui soit de taille pour notre grande nation.

La Gauche a mis tous ces voyants dans le rouge avec naïveté et amateurisme sans même en prendre conscience.


Et, pendant ce temps, les Français attendent une opposition crédible, une Droite qui porte haut ses couleurs, pour défendre ses valeurs, une Droite qui n’a pas honte d’être de droite. Une Droite qui devait être un vrai contre-projet de reconstruction… Malheureusement, rien de tel n’est arrivé.

J’ai mal pour mon parti. J’ai mal pour ma famille politique. J’ai mal pour mon pays.


La Droite républicaine et le Centre-Droit ont une obligation – non pas politique mais – morale de se mettre au garde-à-vous, d’oublier le bal des ego, d’oublier la guerre des chefs et de présenter un réel projet afin de préparer notre pays à l’alternance.


J’envoie un message d’alerte, le cri d’un militant de base qui a toujours cru en sa famille politique et ses valeurs, et je dis : STOP, arrêtez-vous et pensez à la France avant tout !


La grandeur d’un leader politique se mesure à sa capacité d’adaptation aux enjeux auxquels il va se confronter, et les enjeux d’aujourd’hui sont énormes.


Droite Française, Hommes et Femmes de valeurs : réveillez-vous, la France a besoin de vous, notre pays a besoin de nous !

Lire la suite



28/07/2014 - Chrétiens d'Orient: Silence assourdissant

28/07/2014 - Chrétiens d'Orient: Silence assourdissant



Alors que les médias et les populations ont les yeux rivés sur Israël et Gaza, la Terre continue de tourner. Est-ce pour cette raison que l’on occulte complètement ce qu’il se passe en Irak en ce moment ?

Eux-mêmes profitent-ils du fait que l’attention générale soit tournée vers leurs voisins pour agir en toute impunité ?

Mais surtout, comment pouvons laisser des hommes, des femmes et des enfants vivant simplement selon leur croyance se faire massacrer sous prétexte qu’ils refusent d’avoir l’opinion de la majorité ?

Ces derniers jours, la France s’est exprimée par des manifestations pour ceux que l’on fait taire à jamais là-bas. La persécution des chrétiens et des autres minorités en Irak se mue doucement en génocide et personne ne s’interpose tout en conservant un silence inquiétant.

A cause de ce silence gardé par tous les Etats occidentaux, tant des gouvernements que des médias, que sait-on réellement ce qu’il se passe en Irak ? Personne n’entend les appels au secours de ces femmes que l’on mutile, de ces enfants que l’on torture et de ces hommes que l’on cherche à tout prix à faire disparaître ?

Le temps du silence est passé, place au soulèvement. Non, nous ne laisserons pas faire.

La France, pays de l’Egalité, pays de la Liberté, pays de la Fraternité, pays de la Laïcité, ne se taira pas. Nous, Français, nous ne pouvons demeurer muets plus longtemps.

Soutenons la voix de ceux qui hurlent en silence dans l’indifférence la plus totale.
Lire la suite



24/07/2014 - Israël/Palestine, une histoire sans fin?

24/07/2014 - Israël/Palestine, une histoire sans fin?



Quand deux nations se déchirent un territoire depuis près de 70 ans, il serait maladroit de croire que seul l'un des deux camps est fautif. Plus qu'une guerre entre nations, le conflit Israélo-Palestinien est devenu le symbole de la confrontation entre Juifs et Musulmans.

En France, il est malheureux de voir que cet affrontement exacerbe les tensions politiques, religieuses et sociétales. Les manifestations pro-Gaza, pro-Israël et leurs débordements ces derniers jours en sont la preuve. Les slogans partisans des deux partis tentent à nier la part de responsabilité du camp défendu pour servir leurs propos.

Il est vrai que le peuple palestinien souffre des attaques de Tsahal, il est vrai qu'Israël subit des attaques de roquettes de la part du Hamas, mais il est également incontestable que des provocations sont quotidiennes de part et d'autre.

La meilleure solution a toujours été la discussion pour parvenir à des compromis pouvant satisfaire le plus grand nombre. Aujourd'hui, le temps n'est plus aux manifestations stériles de soutien à l'un ou l'autre des belligérants, il est à la mise en place de négociations pour faire définitivement cesser cette Intifada.

Nous, citoyens, ne devons pas attiser cette haine en prenant violemment parti pour un camp ou pour l'autre mais nous devrions plutôt soutenir notre diplomatie qui lutte pour la paix au Proche-Orient.
Lire la suite



19/07/2014 - L'édito du Lundi : Les marchés de Béziers, lieux de convivialité et d'échanges

19/07/2014 - L'édito du Lundi : Les marchés de Béziers, lieux de convivialité et d'échanges



Les marchés sont devenus, depuis des années, des lieux de rencontre entre la population et les candidats aux différentes élections locales ou nationales. Rien d'anormal dans le fait de provoquer un contact direct où les citoyens peuvent interroger librement les politiques sur leurs programmes ou leurs intentions.

Malheureusement, il est anormal qu'une fois l'élection passée, ces élus ou ex-candidats disparaissent de la scène pour ne revenir que 2 mois avant la future élection.

Je ne partage pas cette approche, la proximité et le contact ne sont pas des slogans mais des preuves. Je me suis rendu, comme chaque vendredi au marché du champs de Mars et comme chaque samedi au marché de la Devèze.

Être proche des gens n'est pas un travail saisonnier mais plutôt une approche constante et durable !

Elie Aboud
Lire la suite



18/07/2014 - 3 raisons du déclin de notre démocratie

18/07/2014 - 3 raisons du déclin de notre démocratie



Oui, je ne suis pas fier du titre de mon édito car c’est la puissance de mon pays qui est remise en cause.

1) La crise Ukraine/Russie :

Un journaliste pose une question au Président de la République quant à la nature de la crise. François Hollande répond alors qu’il a pris contact avec monsieur Poutine… mais indirectement. Comment pourrait-on être fier ?

2) La crise au Proche Orient :

La France a toujours été le pivot, le socle, sur le plan de la géostratégie tant au Proche qu’au Moyen Orient. Malheureusement, nous sommes absents de tous les radars politiques, laissant des amateurs s’immiscer dans ces conflits complexes. Quels gâchis !

3) L’affaiblissement de la voix française en Europe :

Là, c’est épatant, car il fut douloureux pour nous, Français, de voir les Allemands et les Italiens ordonner et diriger pendant que la France se contente de faire du suivisme.

Sans faire de la politique politicienne, je partage aujourd’hui la souffrance du Général de Gaulle, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

J’ai mal pour mon pays, ce pays qui a tellement rayonné par le passé et qui se cherche désespérément à présent.
Lire la suite



16/07/2014 - Coloriage de la carte de France, pourquoi tant d’amateurisme ?

16/07/2014 - Coloriage de la carte de France, pourquoi tant d’amateurisme ?



Modifier l’architecture territoriale du pays est l’ambition de la nouvelle carte des régions mais elle est empreinte d’un amateurisme des plus regrettables.

Redécouper le territoire, oui, mais quels en sont les objectifs, les moyens et les compétences ?

La délimitation des futures régions nous donne l’impression d’un découpage rapide, d’un bidouillage dont les considérations des « copains » ont été les seules prises en compte. Le véritable travail de réflexion semble avoir été éludé au profit d’une volonté de démontrer dans l’urgence aux Français que le gouvernement agit pour eux.

En effet, le plus grand flou règne sur la répartition des compétences entre les collectivités territoriales. La suppression des conseils généraux est renvoyée à 2020. Aucune étude d’impact n’a été envisagée et aucune réforme fiscale, pourtant si indispensable n’est prévue.

Il s’agit purement et simplement d’un coloriage, d’un assemblage dont le dessein est objectivement opportuniste et le trait trop approximatif.

Les 10 milliards d’euros d’économies prévus dans le projet sont pure poésie ; les pistes en ce sens demeurent des plus hasardeuses. En outre, les mesures d’économies se feront probablement au détriment d’autres organes de l’Etat. Une chose est sûre, les collectivités locales vont encore voir les dotations que leur verse l’Etat baisser. La réforme territoriale ne permet pas du tout de leur assurer une compensation.

Pour finir, cette réforme, voulue par l’exécutif pour masquer ses propres difficultés de gouvernance et son incapacité à réformer en profondeur le pays méritait mieux qu’un exercice d’équilibrisme du Président de la République en la matière. La réforme territoriale est évidemment une nécessité. Comme pour les autres sujets, elle mérite une concertation sérieuse, et des choix collectifs fondés sur l’intérêt général.
Lire la suite



09/07/2014 - Pourquoi j’ai soutenu l’amendement Mesquida dans le projet de « Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt »

09/07/2014 - Pourquoi j’ai soutenu l’amendement Mesquida dans le projet de « Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt »



Dans la continuité de l’action de mon ami Paul-Henri Cugnenc, j’ai toujours, vous le savez, agi afin de défendre et de promouvoir la viticulture du Lanquedoc-Roussillon. Je suis un membre actif depuis des années des groupes parlementaires viticoles.

Le vin de notre Région mérite d’être plus connu au niveau national et davantage accessible à la consommation. Il est un élément fort de notre culture. Il participe, en effet, à l’accompagnement des mets, selon la tradition gastronomique française.

En insistant sur la spécificité du vin, au regard des autres breuvages, nous revenons à la rédaction des travaux issus du Sénat.

Voilà pourquoi au-delà des frontières politiques, j’ai soutenu, sans esprit partisan, lesdits amendements.

Ma position est donc constructive. Vous en trouverez ci-joint le contenu dans mon intervention à l’Assemblée nationale:

« Monsieur le rapporteur, la question dépasse les seuls Lanquedociens. Je suis moi-même lanquedocien…

Monsieur le Ministre, comme vous le savez, la France est la première destination touristique au monde. L’Association française de l’ingénierie touristique, l’AFIT, a réalisé une enquête rétrospective demandant aux touristes pourquoi ils avaient choisi la France comme destination. Les résultats sont clairs, une personne sur deux a répondu : pour la gastronomie et pour le vin. D’une façon spontanée, les personnes interrogées ont associé la gastronomie et le vin.

Je sais qu’il existe des intérêts divers, mais l’adoption des amendements identiques n°674 et 1043 permettrait de consolider l’idée selon laquelle le vin est un patrimoine reconnu, aussi bien sur le plan économique que sur le plan culturel. »

J’ai la conviction suivante : en s’engageant pour notre viticulture, nous soutenons non seulement une filière économique, un art de vivre mais aussi un élément fondateur de notre vivre ensemble.
Lire la suite



03/07/2014 - Lettre ouverte à Fleur PELLERIN, Secrétaire d’état au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux français à l’étranger sur la taxe de séjour

03/07/2014 - Lettre ouverte à Fleur PELLERIN, Secrétaire d’état au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux français à l’étranger sur la taxe de séjour



Madame la Secrétaire d’État,

J’ai l’honneur de vous contacter concernant l’amendement numéro 251 du projet de loi de finances rectificatif voté le 19 juin 2014 relatif à l’augmentation du plafond du tarif de la taxe de séjour.

En effet, je dois vous faire part de ma surprise et de mes craintes quant à cette brutale augmentation. Avec une hausse aussi importante du plafond de la taxe de séjour, passant de 1,50€ à 8€, les Français, tout comme les étrangers, vont se montrer réfractaires à l’idée de voyager en France, entraînant ainsi une baisse de la fréquentation des différents types d’hébergements. Celle-ci va, sans l’ombre d’un doute, causer une perte de chiffre d’affaires de ces installations. Face à cette hausse, les professionnels se verront dans l’obligation, soit de mettre un terme aux contrats de travail en cours, soit d’être prudents à l’idée d’embaucher de nouveaux salariés.

Or, le secteur du tourisme reste l’une des principales activités économiques de l’Hérault. En effet, celui-ci emploie 52 000 salariés, soit 13,3 % des emplois, dont 25 000 permanents. En outre, l’activité touristique ne représente pas moins de 12% du PIB du département. Il ne faut également pas négliger l’attractivité internationale, puisque 20% de la clientèle est étrangère. Ces chiffres considérables, vous en conviendrez, seront nécessairement revus à la baisse avec l’application de ce nouveau tarif aussi élevé. En ces temps de difficultés économiques, il me semble particulièrement inquiétant de laisser ainsi filer les augmentations de cette nature.

Elles engendreraient, avec certitude, la chute des offres d’emplois et probablement la réduction de l’activité du secteur dans le département.

En outre, la France a besoin d’entretenir et de développer son image touristique au plan international. Cela ne peut se faire en augmentant le prix des nuitées, par le biais de la hausse de la taxe de séjour.

Le vote dudit amendement est d’autant plus étonnant que Monsieur Eric Woerth et Madame Monique Robin travaillent actuellement de concert sur un document portant sur la fiscalité des hébergeurs et dans lequel la question du tarif de la taxe de séjour est étudiée. Celui-ci doit être rendu public d’ici deux à trois semaines. Il aurait été probablement plus judicieux d’attendre ses conclusions avant d’engager une décision aussi importante.

La hausse de la taxe de séjour, votée par la majorité actuelle, suscite actuellement de vives inquiétudes chez tous les acteurs du secteur et bien au-delà ; ceci tant pour l’Hérault que pour l’ensemble des autres départements concernés.

Le gouvernement ne peut rester sans répondre à cette angoisse profonde.

Comme parlementaire, il m’appartient de vous sensibiliser sur ce sujet dont on ne mesure pas encore toutes les conséquences.

Dans l’attente de vos prochaines initiatives, Veuillez croire, Madame la Secrétaire d’État, en l’assurance de ma haute considération,

Elie ABOUD
Lire la suite



25/06/2014 - La France déraille...

25/06/2014 - La France déraille...



A l’issue d’un conflit à la SNCF ayant pris des millions de français en otage, le bilan du gouvernement socialiste peut être affublé d’un zéro pointé.

La réforme récente, initiée par la gauche, est incompréhensible. On nous a dit en 1997 qu’il fallait nous adapter aux nouvelles exigences européennes, en séparant l’exploitation du rail de son entretien. Aujourd’hui, on nous assure du contraire et on fait le chemin en sens inverse !

C’est à n’y plus rien comprendre.

En outre, cette grève a couté plus de 160 millions. Une bagatelle !

A l’heure ou la SNCF doit au contraire se déployer afin d’améliorer ses services, c’est inacceptable.

Il ressort de cela un sentiment de gâchis, d’improvisation et de louvoiement de ce gouvernement.

Comme toujours, celui-ci varie au gré des exigences des syndicats les plus inflexibles, pour aboutir finalement à des textes de compromis médiocres.

L’honneur du législateur est de voter moins de projets mais de meilleure qualité.

J’ai voté contre ce texte car je crois que les français méritent une autre politique fondée sur une vision d’avenir pour le pays. En matière de transport comme ailleurs, l’exigence, le sérieux et la responsabilité doivent prévaloir.

Elie ABOUD
Lire la suite



17/06/2014 - Edito : Cour des comptes, maintenant où va-t-on?

17/06/2014 - Edito : Cour des comptes, maintenant où va-t-on?



Le mardi 17 juin 2014, la cour des comptes a publié le rapport annuel des finances de l’État. Ce bilan dépeint une situation économique plutôt pessimiste. Malgré tout, les experts de la rue Cambon préconisent une série de mesures pour tenter de rectifier la situation.

Dans son rapport, la cour des comptes craint que le gouvernement ne puisse parvenir à réduire le déficit public en-dessous des 4% du PIB fin 2014. Le déficit public ne recule pas assez vite par rapport aux prévisions, il manque près de 15 milliards d'euros de recettes fiscales. Le pacte de responsabilité, promis et adoubé par le Président de la République, ne paraît pas réaliste au regard de la situation économique actuelle.

Le tandem Hollande/Valls n'applique pas la volonté de baisse des politiques publiques mais, au contraire, privilégie la taxation du revenu et des sociétés. Dans une France qui s’appauvrit, le gouvernement socialiste préfère s'attaquer aux foyers les plus modestes et aux classes moyennes plutôt que de réformer l’État. La cour des comptes propose, par exemple, de diminuer la masse salariale de l’État et d'augmenter la durée effective de travail des fonctionnaires. Cette solution permettrait, en effet, de mieux rentabiliser le temps de travail et de gagner en efficacité tout en réduisant les coûts tel que les gouvernements précédents le préconisaient.

L'un des secteurs de dépense pharaonique de l’État français est celui de la santé. Arrivé à un système de santé anglo-saxon, où seuls les plus aisés ont accès aux soins, n'est pas souhaitable mais il ne faut pas non plus que notre système parte en faillite. Des solutions tels que la médecine ambulatoire et le développement des médicaments génériques permettraient de réduire les dépenses sans que le patient n'ait à souffrir d'une médecine de moindre qualité. La survie de notre système de santé, reconnu comme étant l'un des meilleurs au monde, se doit d'évoluer dans la direction préconisée par la cour des comptes.

Afin d'éviter la spirale de l'endettement public, le gouvernement doit d'urgence revoir sa copie et prendre, enfin, des décisions constructives. L'agression fiscale subie par les foyers les plus modestes ne pourra être une solution à long terme. Les Français ne sont pas dupes de ces méthodes, la déroute du parti socialiste aux dernières élections en est la preuve; la démagogie et le bricolage ne peuvent amener qu'au naufrage de la France, il est temps de rectifier le cap !
Lire la suite



13/06/2014 - Point d'humeur : la réforme pénale de Christiane Taubira

13/06/2014 - Point d'humeur : la réforme pénale de Christiane Taubira



La justice ne se conçoit pas sans contrainte, c'est-à-dire sans le concours de la force publique pour l'exécution de ses décisions. Mais la justice ne doit pas être contrainte dans ses moyens de fonctionner. Elle doit être libre et indépendante.

Or, force est de constater qu'avec le gouvernement actuel, elle souffre de contraintes budgétaires insupportables et d'une contrainte pénale inacceptable. La situation actuelle des juridictions est catastrophique, elles n'arrivent plus à boucler leurs fins de mois : les experts judiciaires, les interprètes et autres auxiliaires de justice ne sont plus payés qu'avec des retards inadmissibles, l'enveloppe de l'aide juridictionnelle est notoirement insuffisante, preuve en est, la récente grève des avocats, les budgets de fonctionnement au quotidien des cours et tribunaux ne leur permettent plus d'assurer leurs missions dans des délais raisonnables.

Les premiers présidents de cour d'appel viennent de rappeler officiellement au Garde des Sceaux qu'ils doivent, dans les juridictions de leur ressort, hiérarchiser le traitement des contentieux et qu'ils doivent effectuer un tri, pour ne retenir que les affaires les plus urgentes, les affaires pénales ou les affaires familiales.

Ils attendent des réformes structurelles d'envergure pour «prévenir le niveau de défiance insupportable pour la société que susciterait une institution judiciaire dans l'incapacité, faute de moyens, d'assurer sa mission de régulation des conflits.». Dans cette optique, ils ont formé un certain nombre de recommandations à mettre en œuvre le plus rapidement possible, notamment la dé-judiciarisation de certains contentieux civils et la dépénalisation de certaines infractions mineures, quand il n'y a pas d'atteinte corporelle

Malheureusement, les réponses qu'apporte Mme le ministre de la justice s'avèrent surréalistes et terriblement dangereuses pour le corps social : elle préconise pour éviter la prison, cause dit-elle de la récidive, la « contrainte pénale », mesure phare de sa nouvelle loi, avec l'abrogation des peines planchers, certes peu appliquées, mais très dissuasives au regard du quantum des peines encourues.

Elle promeut une réforme qui a pour seul objectif de faire échapper aux délinquants la prison, qui est décrétée nocive pour le condamné, alors, qu'outre son caractère punitif, très dissuasif pour pallier la récidive, elle offre l'avantage incomparable d'éviter, durant la période de détention, la commission de nouvelles infractions et donc de protéger la société.

Elle permet aux auteurs d'infractions, aujourd'hui passibles de cinq ans d'emprisonnement et, à l'horizon 2017, de 10 ans de prison, c'est-à-dire à des individus qui ont commis contre les personnes et les biens de très graves infractions qui appellent de sévères sanctions, de rester libres et ce, au vu et au su des victimes et des policiers qui ont procédé à leur arrestation. Ces laissés pour compte de la réforme seront certainement heureux, n'en doutons pas, de les croiser dans la rue, après qu'ils aient été présentés au tribunal.

De plus, cette mesure, qui se veut un ensemble d'obligations auxquelles le condamné, libre, devra se soumettre, existe déjà et peut se combiner avec une peine de prison : c'est « le sursis avec mise à l'épreuve ». Enfin, il faut souligner que la mise en place de cette contrainte pénale nécessite, pour en attendre un minimum d'efficacité, l'embauche de nombreux fonctionnaires chargés du contrôle de ses probationnaires d'un nouveau genre, alors que l'institution, nous l'avons vu, baigne dans la misère.

En conclusion, avec cette réforme pénale, on nage en laxisme, on marche sur la tête, on privilégie les délinquants au détriment des victimes, on favorise les délinquants au détriment des policiers et gendarmes, gardiens de l'ordre public et acteurs d'enquêtes et d'arrestations souvent difficiles, délicates et périlleuses, réalisées afin de les mettre hors circuit.
Lire la suite



07/05/2014 - Hollande et Valls immobiles face au chômage

07/05/2014 - Hollande et Valls immobiles face au chômage



723 400 : C’est le nombre de personnes supplémentaires qui se sont inscrites à Pôle emploi depuis l’élection de François Hollande.

Au mois de mars, le chômage a encore augmenté dans toutes les catégories. La tendance est inquiétante : le rythme d’augmentation du chômage est plus fort au 1er trimestre 2014 qu’au dernier trimestre 2013. Malheureusement, rien dans le plan Valls ne permet de changer radicalement la donne en matière d’emploi. La gauche est la plus conservatrice d’Europe.

La barre tristement historique, en métropole, des 5 millions de personnes inscrites à Pôle emploi en catégories A, B, C se rapproche très dangereusement. Sur 1 an, le chômage dans son ensemble est en hausse de 5,2 %. Les personnes de 50 ans ou plus sont particulièrement frappées par le chômage qui a explosé de 11,2 % sur 1 an dans leur classe d’âge.

Pire, les perspectives restent sombres : seuls 20 % des personnes sorties de Pôle emploi en mars ont réellement trouvé un emploi. Les autres sont rayées des statistiques pour de mauvaises raisons (radiations administratives, défaut d’actualisation, arrêts de recherche etc.) Cela montre combien les emplois se font rares sur le marché du travail.

Dans le plan Valls, il y a certes des allègements de charges mais qui demeurent très insuffisants et viennent trop tard après deux ans d’augmentation du coût du travail. Surtout il n’y a rien sur les 35 heures, rien sur l’assouplissement du marché du travail, rien sur le contrat de travail unique, rien sur le doublement et le lissage des seuils dans les PME, rien sur l’apprentissage, rien sur la formation tout au long de la vie, rien sur le desserrement des contraintes qui pourrait libérer les énergies des Français.
Lire la suite



29/04/2014 - Billet d'humeur

29/04/2014 - Billet d'humeur



Au cours des deux dernières décennies, la globalisation des échanges s'est accompagnée d'une accélération des flux migratoires. Mais aux traditionnels mouvements de populations des pays du Sud à destination des pays du Nord, s'ajoutent aujourd'hui des migrations de travailleurs qualifiés entre les pays de l'OCDE.

Dans les années qui viennent, les États devront alors avoir à gérer l’émigration tout autant que l'immigration, dans un contexte international de plus en plus concurrentiel.

Pourtant, l'analyse du traitement de la question migratoire en France laisse apparaître une absence quasi-totale de prise en compte de l’émigration. Il n'existe aucune comptabilité officielle, seulement des estimations : plus de deux millions de Français vivraient en dehors du territoire national, et la tendance semble clairement à la hausse. Une émigration française existe donc bel et bien, et doit être appréhendée par les pouvoirs publics dans sa globalité, en tant que phénomène recouvrant divers profits. Les chercheurs, les détenteurs de patrimoine, les entrepreneurs, ou encore les jeunes diplômés, autant d’éléments productifs dont l'entreprise France se prive, et qui font la richesse de nations concurrentes.

II est alors temps de s'interroger sur les raisons qui poussent de plus en plus de nos compatriotes à quitter leur pays natal. Se priver de s'en inquiéter serait un luxe que la situation actuelle ne permet pas.
Lire la suite



24/04/2014 - Edito : Immigration

24/04/2014 - Edito : Immigration



Le début du XXIème siècle est marqué par une mobilité croissante des personnes, des informations et des biens. L’augmentation des flux migratoires se constate au sein des différents États, entre les États, entre les grandes régions du monde… Nier cette réalité, c’est refuser de voir le monde tel qu’il est, dans toute sa complexité.

Cette mobilité peut être une source d’enrichissement pour les pays d’accueil comme pour les migrants, à une condition expresse : qu’elle soit maîtrisée et que les personnes immigrées partagent les valeurs du pays d’accueil.

Je récuse fermement le renoncement politique de ceux qui considèrent que la France ou l’Europe ne sont que des territoires indéfinis, sans identité, sans frontière, ouverts à tous les vents. Je refuse l’angélisme de ceux qui refusent de voir tous les malheurs qui naissent d’une immigration sans contrôle...
Lire la suite



18/04/2014 - Quelle est la politique de M. Valls ?

18/04/2014 - Quelle est la politique de M. Valls ?



Le discours de politique générale de Manuel Valls est d’abord un aveu d’échec.

Le Premier ministre a regretté « la feuille de paie déjà trop faible » et « la feuille d’impôt déjà trop lourde » alors que cela est de la responsabilité de la gauche au pouvoir qui, rien que pour l’année 2014, a voté plus de 10 milliards de prélèvements supplémentaires sur les ménages. Monsieur Valls a aussi parlé de « ces retraités qui, à l’issue d’une existence d’efforts, vivent avec une maigre pension » après 2 ans de matraquage fiscal sur les retraites par le gouvernement socialiste. Il a déploré « les atteintes aux personnes en progression », « la délinquance qui se déplace vers les villes moyennes, les villages », « l’augmentation des cambriolages »...
Lire la suite



16/04/2014 - Une défense forte est un atout pour la France

16/04/2014 - Une défense forte est un atout pour la France



A de rares occasions dans l’Histoire, la France s’est retrouvée libre de toutes menaces militaires directes à ses frontières. La période actuelle en fait partie. Ce qui amène certains à baisser la garde et à reléguer au second plan les enjeux de la Défense nationale. C’est une erreur grave.

C’est une erreur grave parce que même si elles ont évolué, les menaces demeurent. C’est une erreur grave parce l’investissement dans la défense est stratégique pour affirmer nos intérêts géopolitiques. C’est une grave erreur parce que l’effort en matière de Défense nationale représente un investissement créateur d’emplois et d’innovations, richesses sur notre territoire et atout dans le monde...
Lire la suite



Précédente
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Suivante
Mon parcours

- Conseiller municipal à Béziers depuis 1995

- Député de 2007 à 2012

- Député depuis 2012

- Conseiller communautaire à la Communauté d'Agglomération Béziers Méditerranée depuis 2007








Recherche


Contact:

Bureau parlementaire Béziers:

6 avenue du 22 août 1944 -
34500 Béziers
Tel : 04 67 80 06 06
(ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h)


Agrandir le plan

Bureau à l'Assemblée:

126 rue de l'Université -
75355 Paris CEDEX 07 SP
Tel : 01 40 63 96 02

contact@e-aboud.fr

e-aboud.fr© tous droits réservés