Point de vue

228 article(s)
 
            

Un point sur la situation économique de notre pays

Un point sur la situation économique de notre pays



Cette semaine a été marquée par 3 faits qui nous mettent face à la réalité économique:

- L'immolation d'un chômeur en fin de droit à Nantes.

- Les chiffres de l''INSEE sur 2012 : 76 000 emplois supprimés et croissance zéro en 2012.

- L'objectif de 3 % de déficit en 2013 ne sera pas tenu, a annoncé Mr AYRAULT en suivant le constat de la cour des comptes.

Ces 3 faits montrent quelles devraient être les priorités d'une politique économique : Lutter contre le chômage en rétablissant la croissance, réformer l'Etat pour assainir les finances publiques.

- Lutter contre le chômage :

Il n'y a pas de vraie politique de l'emploi. La seules mesures proposées par le gouvernement sont les « emplois d'avenir ». Il faut réformer profondément « Pôle Emploi ». On abandonne les chômeurs en les indemnisant sans perspective de retour à l'emploi. Le gouvernement nous dit qu'il attend la reprise économique pour la fin de l'année. Il ne faut pas l'attendre, il faut aller la chercher !

- Mettre en place les conditions d'une reprise économique :

Il faut créer un climat de confiance permettant aux entrepreneurs d'investir, d'embaucher, de prendre des risques. L'instabilité fiscale actuelle l'empêche.

Il n'y a pas de cap, de stratégie économique, de véritable politique industrielle. Nous avons un problème de compétitivité. Une réforme profonde de la fiscalité des entreprises est urgente. Le crédit d'impôt mis en place par le gouvernement est insuffisant et inefficace.

-Assainir les finances publiques :

Pour réduire la dette, François HOLLANDE a préféré les hausses massives d'impôts (32 milliards d'euros en 2013) aux baisses courageuses des dépenses. Je pense qu'il est possible de faire de meilleures politiques publiques avec moins de moyens. Il faut diminuer les dépenses courantes pour permettre de dégager des moyens pour des investissements stratégiques.

Le rôle de l?opposition est de mettre le gouvernement en face de ses responsabilités. La majorité tente de faire diversion avec des sujets de société. Après le « mariage pour tous », on passe aux « salles de shoot » !

Notre pays a un énorme potentiel qui n'est pas exploité. Au États-Unis, la croissance repart. L?Allemagne résiste mieux que nous, réussit à l'international. En France, des milliers de jeunes veulent réussir, entreprendre. Dans notre région, le secteur viticole, longtemps en crise, connaît aujourd'hui un beau développement partout dans le monde.

Il n'y a pas de fatalité. Il faut garder espoir, mais surtout agir.

Lire la suite



Salles de shoot: une capitulation de plus

Salles de shoot: une capitulation de plus



Le Premier ministre a donné, mardi 5 février, son feu vert à l?ouverture de la première salle de shoot de France, à Paris. Les salles de shoot, ou centres d?injection supervisés, sont des structures où les toxicomanes peuvent venir s?injecter des drogues qu?ils apportent, sous la supervision d?un personnel qualifié.

* L?autorisation de l?expérimentation d?une salle de shoot à Paris est un nouvel écran de fumée utilisé par le gouvernement pour tenter de masquer ses difficultés sur le plan économique et social.

Le gouvernement fait feu de tout bois dans le domaine sociétal afin de détourner l?attention des Français. Non seulement ces projets nous éloignent du problème le plus urgent en France - le chômage- mais en plus ils déstabilisent, divisent et inquiètent la société !

* La décision de François Hollande et de son gouvernement d?ouvrir une salle de shoot est moralement choquante.

L?objectif d?une salle de shoot n?est pas en effet de conduire les toxicomanes vers le sevrage, mais de les aider à se droguer dans des conditions plus saines. Je pense que notre priorité est de réduire la consommation des drogues, non de l?accompagner et de l?organiser.

* L?expérimentation de salles de shoot est d?autant plus contestable que leur efficacité est mise en doute par les experts.

* L'urgence en matière de santé publique n?est donc pas de créer ce type de lieux mais de créer des lits d'hospitalisation et de renforcer nos politiques de prévention comme de sanction.

Les moyens mobilisés pour les salles de shoot (environ 1 million € par centre et par an) vont manquer à ces structures qui accompagnent les toxicomanes vers le sevrage.

Je demande solennellement au gouvernement de renoncer à ce projet idéologique, contraire à nos engagements internationaux, et de mobiliser les moyens de l?Etat sur des politiques publiques qui ont fait leurs preuves dans la lutte contre les drogues.

Elie Aboud

Lire la suite



Budget Européen: Le double renoncement de François Hollande

Budget Européen: Le double renoncement de François Hollande



Vendredi 8 février 2013, le Conseil européen a décidé de baisser le budget de l?Union européenne pour la première fois de son histoire. La Politique Agricole Commune (PAC) et le Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD) sont particulièrement frappés par cette baisse alors qu?elles étaient des priorités pour notre pays. François Hollande n?a pas su défendre les intérêts des Français sur la scène européenne.

1°) Pour la première fois de l?histoire, les chefs d?Etat et de gouvernement européens ont décidé de revoir à la baisse le budget de l?Union européenne pour les 7 ans à venir.

Concrètement, le budget sera limité à 1% du PIB européen quand cette limite était fixée à 1,13 % pour la période 2007-2013.

Nous sommes favorables, dans cette période de crise de la dette, à la réduction des dépenses publiques en France comme en Europe. Nous regrettons assez que François Hollande ait préféré les hausses massives d?impôts (32 milliards supplémentaires pour l?année 2013, selon la Cour des Comptes) aux baisses courageuses des dépenses, pour ne pas saluer une volonté de bonne gestion au niveau européen.

2°) Nous avons aussi la conviction qu?il est possible de faire de meilleures politiques publiques avec moins de moyens.

La PAC est l?un des piliers de notre agriculture et le PEAD avait permis en 2012 la distribution de 130 millions de repas à 4 millions de Français. Ces deux politiques étaient prioritaires aux yeux de la France. Les dirigeants français, de droite comme de gauche, avaient toujours réussi à les préserver par le passé. La précédente majorité avait notamment obtenu de sanctuariser les budgets de la PAC et le PEAD. Là où tous les gouvernements avaient réussi, François Hollande a échoué.

3°) Ce double recul de François Hollande est préoccupant.

Le renoncement est aussi un coup dur pour le futur de notre agriculture, largement soutenue par la PAC. On ne peut se permettre de fragiliser ce secteur économique clé, l?un des seuls à tirer les exportations de la France vers le haut.

4°) Cette incapacité de François Hollande à défendre nos intérêts sur la scène européenne témoigne d?une perte d?influence inquiétante pour la France.

C?est la conséquence de la stratégie de défiance entretenue depuis 9 mois à l?égard d?Angela Merkel. Ainsi, dans ce débat sur le budget européen, l?Allemagne a soutenu les revendications du Royaume-Uni plutôt que celles de la France. C?est d?ailleurs ce dont s?est félicité à demi-mot, David Cameron : « C?est un bon accord pour les contribuables britanniques ».

Elie Aboud


Lire la suite



Chaque jour, 1000 personnes perdent leur emploi

Chaque jour, 1000 personnes perdent leur emploi



  • L?objectif que s?est fixé François Hollande d?inverser la courbe du chômage en 2013 ne sera malheureusement pas atteint. La réalité, c?est que sans croissance il ne peut pas y avoir de baisse durable du chômage. Et sans réformes structurelles, ni baisse des dépenses publiques inutiles, il n?y aura pas de croissance. C?est tout le problème de François Hollande : en refusant toute réforme courageuse, il prive la France de croissance et ne peut pas réduire le chômage. Le matraquage fiscal insensé qu?il a imposé (+ 33 milliards d?euros d?impôts) a mis notre économie à genoux, et cela s?est traduit par une accélération de la hausse du chômage : 1 000 chômeurs en plus chaque jour depuis son élection. On sait qu?en France, selon les calculs de l?Observatoire français des conjonctures économiques, le chômage augmente ou diminue selon que la croissance est supérieure ou inférieure à 1,5 %. Pour 2013, les prévisions de croissance les plus crédibles nous situent autour de 0,3 %, car l'investissement des entreprises recule (? 0,6 % entre juillet et septembre 2012) et le pouvoir d?achat des ménages diminue (? 0,2 % sur la même période).

  • Dans ces conditions, et comme François Hollande ne veut pas infléchir sa politique, il faut s?attendre à une très forte augmentation du chômage en 2013. Les quelques mesures prises par le gouvernement (emplois d?avenir, contrats de génération) ne s?apparentent qu?à de nouveaux contrats aidés et ne sont pas à la hauteur du défi du chômage.Et tout cela, à terme, au prix d?une aggravation du chômage, car ces contrats sont financés par la dette et des impôts, c?est-à-dire par des entraves à la croissance. Rien n?effacera cette réalité dramatique: si la prévision de l'Unedic est exacte, à la fin de l?année 2013, 420 000 personnes auront perdu leur emploi depuis l?élection de François Hollande et le taux de chômage dépassera les 11 %.

  • J'affirme qu?une autre politique est possible. Il n?y a qu?une seule solution : gagner la bataille de la compétitivité au service de l?emploi. Il y a des réformes évidentes que nous proposons et que François Hollande refuse : baisser la dépense publique, poursuivre la réforme des retraites, alléger le coût du travail, simplifier l?environnement fiscal et réglementaire des entreprises. Il faut aussi conduire une vigoureuse politique de l?offre en utilisant tous les leviers : augmenter le temps de travail, assouplir le code du travail, développer l?apprentissage et la formation améliorer le suivi des demandeurs d?emploi, orienter l?épargne des Français vers les PME, renforcer l?innovation, défendre les intérêts économiques européens dans le commerce mondial.


1,5 %: le chiffre de croissance au-dessous duquel la France ne peut pas faire reculer le chômage.

0,3 %: le chiffre de croissance probable de la France en 2013.

11 % : le taux de chômage que la France devrait dépasser en 2013.

180 000: le nombre probable, selon l'Unedic, de chômeurs supplémentaires sur l?année 2013. Soit au total 420 000 chômeurs de plus depuis l?élection de François Hollande.

➜ François Hollande porte une lourde responsabilité : à cause de sa politique, qui multiplie les impôts et les contraintes sur les entreprises et les particuliers, la hausse du chômage ne cesse de s?accélérer.

➜ S i la gauche n?engage pas de réformes structurelles en 2013, la courbe du chômage ne pourra malheureusement pas s?inverser.

➜ Je propose une autre politique : faire de la compétitivité la priorité au service de l?emploi et protéger les individus plutôt que les postes.


Lire la suite



ÉDUCATION : LES MAUVAISES RÉFORMES DE VINCENT PEILLON

ÉDUCATION : LES MAUVAISES RÉFORMES DE VINCENT PEILLON



Réforme des rythmes scolaires, suppression de la loi de lutte contre l?absentéisme : la gauche porte deux réformes contestées de l?Education nationale.

1°) Je m'oppose à la réforme des rythmes scolaires en primaire car ce projet a manqué de concertation, d?ambition et n?est pas financé.

a. La réforme des rythmes scolaires, qui doit rétablir la semaine de 4,5 jours à la rentrée 2013 a manqué de concertation.

Ce refus de dialoguer avec la société civile est symptomatique de ce gouvernement qui a la tentation de passer en force. Cette question des rythmes scolaires concerne pourtant plus de 6 millions d?écoliers, leurs parents ainsi que des milliers de professeurs, et son impact va bien au-delà de l?école, car la semaine scolaire détermine le rythme de vie, de travail, de toute la société. Cette méthode de Vincent Peillon est d?autant plus regrettable qu?il y avait une possibilité d?arriver à un consensus national sur cette question qui n?est ni de droite, ni de gauche. Il faut que les rythmes scolaires s?adaptent mieux aux capacités des élèves plutôt qu?aux contraintes des parents.

b. Faute de vision globale, la réforme des rythmes scolaires manque d?ambition.

Vincent Peillon propose une réforme de façade qui se limite à rajouter une demi-journée de travail par semaine, le mercredi matin, ce qui ne change pas profondément la donne sur le temps scolaire et n?aide pas véritablement à rendre plus efficaces les enseignements pour les enfants. Et sans aucune cohérence avec la nécessité « d?étaler » les heures de cours, Vincent Peillon a ajouté 2 jours de vacances à la Toussaint.

La réforme aurait dû s?inscrire dans une réflexion globale sur le temps scolaire en réfléchissant à la durée des vacances scolaires, notamment celles d?été qui pourraient être réduites de 2 semaines. Cette réforme devrait être conduite avec un projet éducatif global (activités sportives, étude dirigée obligatoire...) qui semble aussi absent de la réflexion du ministre de l?Education nationale. Il faudrait enfin donner au chef d?établissement la liberté d?organiser la semaine de cours dans le cadre du projet pédagogique de l?établissement pour s?adapter au profil de chaque élève.

c. La réforme de Vincent Peillon représente un transfert non financé de charges financières vers les collectivités locales.

La réforme impose de renforcer l?offre d?activités « péri-scolaires », c?est-à-dire en lien avec l?école, mais en dehors des cours, sur le temps libre dégagé par la nouvelle répartition des heures de travail. 50 % des communes ne seront d?ailleurs pas en mesure d?appliquer les nouveaux rythmes scolaires dès 2013.

2°) L?abrogation, le 17 janvier 2013 à l?Assemblée nationale par la gauche, de la loi de suspension des allocations familiales en cas d?absentéisme scolaire répété est incompréhensible et envoie un inquiétant signal de laxisme aux élèves comme aux parents.

a. Ce mécanisme ne visait pas à stigmatiser des familles, ni à les pénaliser financièrement mais à faire prendre conscience aux parents que tolérer l?absentéisme (4 demi-journées « séchées » par mois), c?est nuire à l?éducation de ses enfants, c?est prendre un risque inconsidéré de les priver de perspectives d?avenir. Ce mécanisme visait à rappeler les parents à leurs responsabilités. Il répondait à une exigence d?équilibre entre les droits ? toucher une allocation- et les devoirs ?veiller à l?éducation de ses enfants et respecter l?obligation de les scolariser.

b. La suppression de ce dispositif est d?autant plus dommageable que les études montrent qu?il était efficace.

c. Bien sûr, à côté de cette loi importante, il faut aussi accompagner les parents et les enfants en difficulté.

Hormis la volonté de défaire ce qui a été fait par la précédente majorité, on comprend donc mal les raisons de la gauche de supprimer cette loi. Ce sont les enfants en difficulté, ces 140 000 décrocheurs qui quittent chaque année le système éducatif sans aucun diplôme, qui seront les premières victimes de cette décision idéologique.


Elie Aboud

Lire la suite



Le « mariage pour tous » : pensons d'abord aux enfants

Le « mariage pour tous » : pensons d'abord aux enfants



Je voudrais donner une explication sur mon intervention à l'Assemblée le lundi 4 février. Madame la ministre de la justice s'est habilement scandalisée. Cette indignation de principe contre les députés de droite n'est pas digne de sa fonction et des enjeux du débat.

Sur le fond, j'ai simplement dit que le principal danger de ce texte est la stigmatisation sociale des enfants de couples homosexuels. Nous connaissons parfois la cruauté des enfants face à la différence. En rappelant les alertes de pédopsychiatres, je pense aux enfants avant tout. C'est cela que j'ai dit et seulement cela.

Au delà de l'insulte et de la caricature, vous avez été nombreux à m'apporter votre soutien. Non, Madame Taubira, les députés opposés à votre loi, dont certains dans votre propre parti, ne sont ni ringards, ni réactionnaires, ni «inqualifiables».

Pendant que l'on polémique, de manière stérile, on ne parle pas des questions de fond du « mariage pour tous » et encore moins de la situation économique du pays. Rappelons simplement que le chômage est la première préoccupation des français.

Cessons de nous « indigner », agissons enfin pour notre pays !

Lire la suite



Le « mariage pour tous »

Le « mariage pour tous »



Le mariage homosexuel est un sujet qui divise profondément la société française. Les deux manifestations massives des « antis » et des « pros » le montrent bien. Cette question dépasse le clivage droite/gauche. Certains députés de la majorité y sont opposés, quelques députés de l'UMP y sont favorables.

Le mépris du gouvernement est affligeant. En se drapant dans la morale et en s'autoproclamant camp du progrès face à l'intolérance, la majorité refuse le débat. Ne tombons pas dans la caricature. Il n'y a pas d'un côté les socialistes progressistes favorables à la loi et de l'autre les homophobes réactionnaires qui s'y opposent.

Je ne suis ni homophobe, ni réactionnaire. Je pense que cette loi n'est pas un progrès, mais une erreur. Je suis favorable à la mise en place d'une « union civile » permettant l'intégration des droits de succession, de réversion et du statut de beau-parent pour les couples homosexuels.

Ce projet de loi ne porte pas simplement sur le mariage des adultes. Il porte sur l'avenir des enfants. L'absence d'un père ou d'une mère est toujours un manque, une blessure, en cas de divorce, d'abandon ou de décès. Doit-on institutionnaliser cette absence dans le cas des couples homosexuels ?

De plus, contrairement à ce que nous dit le gouvernement, la suite évidente de cette loi est la « procréation médicalement assistée » et la « gestation pour autrui ». La légalisation des mères porteuses débouchera sur la marchandisation du corps féminin. Est-ce la société que nous voulons ?

Ce projet de loi pose donc des questions éthiques fondamentales qui touchent l'Humain, l'avenir de notre société. Nous débattons à l'assemblée alors même que le comité national d'éthique n'a pas rendu ses conclusions.

Avec cette loi, le gouvernement prend un chemin sans retour. Il sera impossible de la corriger lorsque des centaines d'enfants seront nés de cette loi. Quelle est alors la légitimité de la majorité socialiste ?

Une question de société d'une telle importance doit faire l'objet d'un référendum. Donnons la parole au peuple, mettons fin au mépris et à la division !

Elie Aboud


Lire la suite



Voeux pour l'année 2013

Voeux pour l'année 2013



Il y a des moments qui marquent indéniablement et durablement un député. La cérémonie des v?ux du 23 janvier 2013 à la salle Zinga Zanga en fait partie. Voir plus de 2000 personnes venues m'apporter soutien et amitié me touche.

Sous le signe de l'échange et du respect, j'ai voulu débuter cette soirée avec vous par un moment artistique. L'association Artemime a bien voulu participer à la cérémonie, exécutant plusieurs chorégraphies basées sur la langue des signes.

Christine Villeneuve, ma suppléante, fidèle à l'état d'esprit qu'elle a défendu lors de la campagne a rappelé la large victoire de décembre. Utilisant la métaphore sportive avec brio, elle s'est engagée à faire de 2013 une année pleine de succès républicains.

Entouré de nombreux amis élus, j'ai partagé avec vous la vision du Grand Biterrois que nous souhaitons pour les années à venir. J'ai abordé le travail à réaliser pour redresser notre pays avec un seul guide, l'intérêt général.

Loin des clivages partisans, je me suis engagé envers vous à défendre notre région, notre viticulture, les retraités et la cause des rapatriés. J'ai aussi eu une pensée émue pour nos soldats engagés dans l'opération au Mali. Ils défendent notre Patrie et nos valeurs, au péril de leur vie.

Merci à tous pour votre soutien chaleureux. Il annonce une année où, tous ensemble, nous contribuerons à préparer, pour nos enfants, la société de demain.

Bonne année à tous !


Lire la suite



Merci pour votre soutien

Merci pour votre soutien



Voilà un mois, j'ai retrouvé le siège de député de la 6ème circonscription de l'Hérault. L'élection de juin a été pour moi une expérience douloureuse. Mais cela a été l'occasion d'une profonde remise en question. Je suis plus déterminé que jamais pour assumer la fonction que vous m'avez confiée.
Pendant ce mois, je n'ai pas abandonné le terrain dans la continuité de ma campagne. Avec un grand plaisir, j'ai retrouvé nombre d'entre vous à l'occasion des v?ux de la circonscription.

Je suis aujourd'hui un député de l'opposition mais ne serai jamais un député de l'opposition systématique. Je soutiendrai la majorité sur les projets que je juge bons pour la France, je la combattrai sur ceux que je juge négatifs. Nous ne reproduirons pas la posture pratiquée par la gauche durant le dernier quinquennat.
Malheureusement, le gouvernement ne prend pas la bonne direction. La France a besoin de réformes de fond pour mettre en place les conditions de la reprise économique. Mais il pratique une politique fiscale excessive et inefficace et divise les français sur des questions de société, comme le mariage pour tous. De plus, cette politique est menée avec une méthode brutale, sans débat et avec un certain mépris pour ceux qui ne partagent pas les mêmes idées.

Je ne souhaite pas l'échec du gouvernement, je souhaite la réussite de la France pour cette année 2013 qui s'annonce difficile. Là où il y a la volonté, il y a un chemin. Notre pays en général et notre grand Biterrois en particulier ont des atouts immenses à exploiter. Ensemble nous parviendrons à inventer l'avenir.

Bonne année à tous !

Dr Elie ABOUD
Lire la suite



5ème journée intergénérationnelle biterroise

5ème journée intergénérationnelle biterroise



Le député Elie Aboud était présent, mercredi 27 novembre, au Palais des congrès de Béziers, pour la 5ème journée intergénérationnelle biterroise.

En présence de Raymond Couderc, Geneviève Carrière adjointe déléguée à l'action sociale, Henriette Hortoland déléguée à l'action culturelle, Michel Tata délégué aux espaces de quartiers, de Sophia Belkacem déléguée aux liens intergénérationnels et de Colette Derdevet-Meneau présidente de la MJC, le parlementaire biterrois a assisté à une représentation de "Paroles de Théâtre: Le Tribunal des affaires délicates".

Jeunes et moins jeunes ont pu profiter de cette pièce pour vivre un moment de partage et de rire avant de se retrouver autour d'un goûter organisé pour l'occasion.
Lire la suite




28/05/2015 - Ma réaction sur France Inter concernant ma proposition de loi sur la participation financière des détenus





Retrouvez mon intervention sur France Inter concernant ma proposition de loi. Cette mesure, destinée uniquement aux majeurs solvables, permettrait de rénover le parc carcéral, de favoriser l'insertion sociale et d'humaniser les conditions de détention. Face à l'approche socialiste qui consiste à gérer les détenus à l'extérieur, l'effort que je demande est nécessaire et juste.
Lire la suite



10/06/2015 - Mon opposition à la loi relative au statut, à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage

10/06/2015 - Mon opposition à la loi relative au statut, à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage



Les Maires ne sont pas là pour payer les pots cassés du Gouvernement.

Avec l’ensemble du groupe Les Républicains, je m’oppose activement à la proposition de loi socialiste relative au statut, à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage. Cette loi est une mascarade qui, sous couvert d’une suppression du livret de circulation des gens du voyage et d’un prétendu renforcement de la lutte contre les occupations illégales, impose plus de contraintes et d’obligations pour les communes.

L’article 2 du texte, modifiant ainsi la loi du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et l’habitat des gens du voyage, vise à préciser, dans les schémas départementaux, les communes qui devront réaliser les aires de grand passage.

De plus, cet article renforce les pouvoirs du Préfet en matière de construction d’aires d’accueil. En cas de non-respect du schéma départemental et après mise en demeure, le représentant de l’Etat pourra imposer aux communes ou aux intercommunalités de procéder, auprès d’un comptable public, à une consignation des fonds communaux ou intercommunaux. Par la suite et en cas d’échec, le Préfet pourra réaliser une seconde mise en demeure et se substituer à elles « pour acquérir les terrains nécessaires, réaliser les travaux d’aménagement et gérer les aires d’accueil au nom et pour le compte » de celles-ci.

A terme, les collectivités seront obligées de céder des terrains pour les aires d’accueil et de grand passage si des accords ne sont pas trouvés. Or, il convient de préciser qu’elles n’ont pas toujours les moyens nécessaires pour en construire et les entretenir. Outre la couche supplémentaire ajoutée au millefeuille administratif, les répercutions budgétaires et financières seront insoutenables pour les communes qui subissent déjà une baisse drastique des dotations de l’Etat.

Ce coup de force imposé aux élus est inacceptable !
Lire la suite



17/06/2015 - Voyage au Liban avec Bruno Le Maire

17/06/2015 - Voyage au Liban avec Bruno Le Maire



Suite à ma nouvelle nomination en tant que délégué national des Républicains, j’ai la joie et le plaisir d’accompagner, dans une première tournée à l’étranger, mon ami Bruno Le Maire au Liban. Au programme : visite d’un camp de réfugiés syriens, rencontre avec les militaires de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), échanges avec les responsables politiques, diplomatiques et religieux. La lutte contre Daech nécessite une mobilisation internationale de premier plan.
Lire la suite



18/06/2015 - Visite d'un camp de réfugiés syriens au Liban avec Bruno Le Maire

18/06/2015 - Visite d'un camp de réfugiés syriens au Liban avec Bruno Le Maire



Avec Bruno Le Maire au ‪Liban‬ : une belle rencontre avec les réfugiés syriens de Zahlé et les responsables religieux et politiques.

(Crédits photos : Eddy Duluc)
Lire la suite



18/08/2015 - Congrès international de médecine francophone

18/08/2015 - Congrès international de médecine francophone



J’ai eu l’honneur de représenter la France lors du Congrès international de médecine francophone au Liban. Dans cette terre natale que je connais bien, j’ai eu la noble mission de promouvoir la médecine de mon pays, la France, auprès du corps médical venu du monde entier.

A mon grand regret, il y a un domaine que la puissance publique néglige : la promotion du savoir-faire médical français qui, au-delà de l’approche des soins, reste un facteur économique extraordinaire pour notre pays.
Lire la suite



05/09/2015 - 15ème anniversaire du Réseau de soins palliatifs

05/09/2015 - 15ème anniversaire du Réseau de soins palliatifs



C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai participé au 15ème anniversaire du Réseau de soins palliatifs de l’Ouest héraultais. Cet anniversaire, symbolique et festif, a eu lieu au Clos de Maussanne à Béziers.

Voici un extrait de mon allocution :

« C’est avec bonheur que je retrouve le Réseau de soins palliatifs après l’avoir présidé durant deux ans. Cette expérience associative a renforcé mes convictions médicales et, par la suite, a permis au législateur de mieux aborder ce sujet sensible.

Il existe deux attitudes inacceptables. La première consiste à traiter des organes et non des êtres humains. La seconde fait de la mort un jouet dans les mains de tous.

Mon expérience de vice-président de la commission parlementaire en charge du rapport sur la fin de vie, auprès d’un homme brillantissime - Monsieur Jean LEONETTI -, a renforcé l’idée de promouvoir le Réseau de soins palliatifs pour une fin de vie digne et respectueuse. »
Lire la suite




08/10/2015 - Meeting en présence de Nicolas Sarkozy à Béziers





Près de 3 000 personnes présentes hier lors du meeting en présence de Nicolas Sarkozy.

Oui, c'est ça l'esprit de notre famille politique, l'esprit des ‪Républicains.

(Source : RTA - News du Biterrois)
Lire la suite



10/10/2015 - Venue de Nicolas Sarkozy à Béziers (partie 1/3)

10/10/2015 - Venue de Nicolas Sarkozy à Béziers (partie 1/3)



Retour en images sur la venue de Nicolas Sarkozy à Béziers. Au programme :



- Visite de l'entreprise Xurian Environnement avec la Jeune Chambre Economique,

- Grande réunion publique régionale de soutien à Dominique Reynié avec plus de 3 000 personnes présentes.
Lire la suite



Précédente
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Suivante
Mon parcours

- Conseiller municipal à Béziers depuis 1995

- Député de 2007 à 2012

- Député depuis 2012

- Conseiller communautaire à la Communauté d'Agglomération Béziers Méditerranée depuis 2007








Recherche


Contact:

Bureau parlementaire Béziers:

6 avenue du 22 août 1944 -
34500 Béziers
Tel : 04 67 80 06 06
(ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h)


Agrandir le plan

Bureau à l'Assemblée:

126 rue de l'Université -
75355 Paris CEDEX 07 SP
Tel : 01 40 63 96 02

contact@e-aboud.fr

e-aboud.fr© tous droits réservés