En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK


 28/10/2014 - Elie Aboud, avocat des Maisons de l'Emploi dans les territoires



28/10/2014 - Elie Aboud, avocat des Maisons de l'Emploi dans les territoires
Le budget des Maisons de l’emploi subit une forte baisse dans le projet de loi de finances pour 2015 :  26 millions d’euros en autorisations d’engagement et en crédits de paiement, alors que l'an dernier, un amendement avait permis de porter ce budget de 36 millions à 46 millions et que les Régions avaient eu la possibilité d'abonder à hauteur de 4 millions supplémentaires.

Ces 4 millions prévus dans le Projet de Loi de Finance 2014 en autorisations d’engagement et crédits de paiement dans le cadre des contrats de projets État – Région prennent fin.

Les Maisons de l’emploi créées à partir de 2005 par la loi de cohésion sociale ont été imaginées comme des outils de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences à l’échelle des territoires. Elles ont fait l'objet de plusieurs rapports qui confirment l'efficacité de nombre d'entre elles, la moindre efficacité des autres. Le cahier des charges a évolué pour ne plus retenir que deux axes de missions pour les Maisons de l'emploi.

Le Ministère du Travail a à plusieurs reprises confirmé que celles qui respecteraient ces axes verraient leurs moyens maintenus. Depuis plusieurs mois, des Maisons de l'emploi ont dû se restructurer, certaines ont disparu, d'autres maintiennent leurs actions tout en respectant le nouveau cahier des charges. Il y a lieu de conforter les moyens de celles qui apportent la preuve, par le dialogue de gestion avec les services de l’État, de l'efficacité de leur action dans la lutte contre le chômage.



 
28/10/2014 - Le gouvernement est en guerre contre les familles: 12% de nouvelles victimes…


28/10/2014 - Le gouvernement est en guerre contre les familles: 12% de nouvelles victimes…
Avec le vote du 24 octobre 2014 du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2015, 12% des familles qui touchent les Allocations Familiales sont concernées par la modulation qui entrera en vigueur le 1 juillet 2015.

Le projet soumis à l'adoption maintient le principe du versement d'allocations familiales à toutes les familles d'au moins deux enfants, mais introduit deux seuils de revenus, à partir desquels le montant versé baissera. D'abord, les couples touchant au moins 6000 euros net mensuels, ensuite ceux dont les revenus dépassent 8000 euros net. Selon la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, cela représente "seulement 12% des familles". Sur quelque 8 millions de familles en France, environ 960.000 foyers subiront donc une perte de pouvoir d'achat.

Elles sont victimes, car elles ont eu le courage de faire des enfants.
Elles sont victimes, car elles pensaient que le modèle social français était solide.
Elles sont victimes des socialistes-comptables qui divisent les revenus des familles par 2 ou par 4.

En effet, les allocations familiales seront divisées par deux (à 65 euros mensuels environ) à partir de 6000 euros de revenus mensuels pour un foyer avec deux enfants. Au-delà de 8000 euros de revenus, elle seront divisées par quatre (à 32 euros environ).

Malgré les résistances acharnées que j’ai menées avec mes collègues parlementaires de l’opposition à l’Assemblée Nationale, cette mesure injuste a été adoptée.

Encore une fois, le gouvernement socialiste prouve son désamour pour la famille !
 
27/10/2014 - Proposition de loi - Reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat Français dans le drame du 26 mars 1962, rue d'Isly, au cours de la guerre d'Algérie


 
Ma dernière proposition de loi pour la défense de la cause des Français d'Algérie et des Harkis :




Cliquez sur l'image pour accéder à ma proposition de loi
 
 25/10/2014 - Ils sont relâchés pour « carence d’interprétation » !


 25/10/2014 - Ils sont relâchés pour « carence d’interprétation » !
 
Les migrants de Calais sont relâchés par la police pour « carence d’interprétation », c’est-à-dire faute de traducteur. Après les rixes de plus en plus présentes entre Ethiopiens et Erythréens, 100 policiers et gendarmes sont ajoutés aux 350 déjà présents : 70 sont déployés 24/24 dans le port et 30 dans le centre ville. Va-t-on indéfiniment augmenter le nombre de force de police proportionnellement au nombre de migrants, qui sont environ 1500 aujourd’hui ?

Avant, les passeurs organisés en réseaux guettaient les véhicules. Aujourd’hui, les autorités font face à une nouvelle configuration, plutôt insolite : les migrants errent et attaquent les convois de camions près de la rocade, immobilisés en attendant de passer au scanner... et cela en plein jour ! Calais est le nouveau Far West français ! 

Est ce normal que certaines entreprises interdisent aux chauffeurs de faire une pause dans un rayon de 150km ? Des conducteurs refusent même d’aller en Angleterre. Bientôt, les transporteurs se détourneront de Calais et préféreront les ports Belges. Faut-il dérouter les convois ? De plus, les marchandises détériorées par les clandestins sont refusées par les clients, les camions sont vandalisés(cadenas brisés et bâches déchirées)... Le port est paralysé et les habitants payent le prix de l’inaction gouvernementale.

Je n’ai qu’une question à poser : qui aura le courage de chiffrer la perte économique que subit le port de Calais ?
 





 
Contact:

Bureau parlementaire Béziers:

6 avenue du 22 août 1944 -
34500 Béziers
Tel : 04 67 80 06 06
(ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h)


Agrandir le plan

Bureau à l'Assemblée:

126 rue de l'Université -
75355 Paris CEDEX 07 SP
Tel : 01 40 63 96 02

contact@e-aboud.fr

e-aboud.fr© tous droits réservés