01/09/2014 - De la parole aux actes



01/09/2014 - De la parole aux actes
Après 2 ans d’ambiguïté politique, le Président de la République a tenté de choisir la voie du libéralisme en laissant son 1er ministre donner de la voix. Pendant 2 ans, j'ai assisté comme député à une tragédie politique nationale avec une volonté molle de la part de l'exécutif de faire la synthèse entre la gauche de la gauche et le social-libéralisme.

Mais voilà, la France n'est pas le P.S ! Le quotidien des français n'est pas le simple calcul de la volonté des militants du Parti Socialiste. L'avenir de la France n'a rien à voir avec la stratégie électoraliste d'un parti politique quel qu'il soit. A l'image de l'échec de la « synthèse » au sein du P.S, nous avons assisté à un échec de la « synthèse politique » à la Hollande.

Mais nous voilà avec un changement radical du curseur économique et les aveux indirects de l’exécutif sur l'échec du socialisme à la Française. Alors que le 1er ministre nomme un ministre de l’Économie plus libéral qu'Alain Madelin, je m'autorise une interrogation sur l’interaction entre actes et paroles :

- Quelles majorités pour appliquer cette politique ?
- Quelles bases électorales pour soutenir cette politique ?
- Quels moyens législatifs pour la mise en œuvre de cette politique ?

On pourrait avoir les services d'une grande plume pour écrire les discours du 1er ministre, cela ne suffirait pas car la politique et la gestion du quotidien des Français ne se résument pas à l'agencement de jolies phrases mais à la pratique du concret et à l'affichage des preuves.

 
29/08/2014


Il y a parfois des phrases qui parlent et qui peuvent remplacer les meilleurs commentaires des politologues, éditorialistes ou hommes et femmes publics :

« […] Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

[…] Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme, mon fils »

R. Kipling
 
28/08/2014 - Interview d'Elie Aboud sur France Bleu Hérault


 


 
 28/08/2014 - Midi Libre : Béziers : un millier de personnes pour dire “non” aux massacres en Irak


 28-08-2014 Article du Midi libre
 
En fin de cortège, le sous-préfet de Béziers a reçu une délégation.

Environ mille personnes ont défilé mercredi soir dans les rues de Béziers. Elles entendaient se mobiliser pour les chrétiens et les minorités opprimées en Irak.

Un bon millier de personnes s'est rassemblé, mercredi soir, place de la Madeleine à Béziers. Un millier d'anonymes et d'élus, de représentants des différentes religions ont ainsi répondu à l'appel du député biterrois, Élie Aboud à "apporter leur soutien aux chrétiens et aux minorités d'Irak".

Alors que les gens se massent sur le parvis de l'église de la Madeleine, qu'on l'interpelle, le parlementaire n'en revient pas. Paris, Lyon, Nice, pour ne citer que ces villes, ont organisé de tels rassemblements. Mais, ici à Béziers, les espérances de participation sont largement dépassées.

Refus de se rassembler

Les membres du collectif biterrois de soutien au peuple palestinien et à la population de Gaza ont décidé de ne pas participer au rassemblement organisé "en soutien aux chrétiens d’Irak, par le député Aboud, par le maire de Béziers, et par d’autres nostalgiques de l’OAS".

Dans un communiqué, adressé hier à la rédaction de Midi Libre, les membres du collectif disent refuser de "s’associer à un mouvement communautariste, dont le but véritable est de faire croire à l’impossibilité du vivre ensemble, là-bas et ici".

Le 28 juillet dernier, le collectif a relayé une pétition de dénonciation des massacres commis en Irak, initié par de nombreux mouvements et associations.

"Ni communautarisme ni clanisme"

"Je suis profondément touché. Ce soir, il n'y a ni communautarisme ni clanisme. Toutes les religions sont représentées. Je vois des amis, des élus de gauche et de droite", lâche Élie Aboud alors qu'une dame vient lui donner l'accolade et la bise. Le député n'a pas souhaité de prise de parole. Alors, place à la musique. Une jeune femme joue du violon puis une autre lit "Ils sont tombés" de Charles Aznavour.

Les minutes défilent et il est temps de se mettre en ordre de marche. Le sous-préfet, Nicolas Lerner, doit recevoir une délégation. Le cortège s'ébranle et s'élance, en silence, dans les rues de Béziers. Face à la mairie, les passants s'arrêtent et regardent passer cette marée humaine.

Bientôt, ce sont les Allées que le cortège emprunte en direction du théâtre. Quelques pas sur l'avenue Clemenceau et voilà tout le monde arrivé face à la sous-préfecture.

Reçus par le sous-préfet

Le sous-préfet vient lui-même au-devant de la délégation qu'il invite dans une salle de réunion. "J'ai tenu à vous recevoir en raison du caractère apolitique et œcuménique de ce rassemblement", précise Nicolas Lerner.

Après avoir écouté les doléances de la délégation, le représentant de l'État leur a rappelé la "mobilisation de la France contre ce qui se passe en Irak". La France qui condamne les massacres commis contre toutes les populations et qui apporte, notamment, son soutien aux civils et aux personnes déplacées, sur le terrain et accueille des familles de réfugiés en France.
 





 
Contact:

Bureau parlementaire Béziers:

6 avenue du 22 août 1944 -
34500 Béziers
Tel : 04 67 80 06 06
(ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h)


Agrandir le plan

Bureau à l'Assemblée:

126 rue de l'Université -
75355 Paris CEDEX 07 SP
Tel : 01 40 63 96 02

contact@e-aboud.fr

e-aboud.fr© tous droits réservés